L’enquête Spoward sur les clubs amateurs

Après avoir souffert des différentes fermetures pendant la Covid-19, clubs sportifs et associations sportives espéraient que les pratiques de sport et de loisirs repartiraient à la hausse à la levée des restrictions sanitaires et que la situation financière des structures sportives s'améliore. Spoward a enquêté auprès des principaux concernés.
Pratique sportive et Covid-19 : clubs et asso sportifs à la peine

Après avoir souffert des différentes fermetures  de salle pendant la Covid-19, clubs sportifs et associations sportives espéraient que les pratiques de sport et de loisirs repartiraient à la hausse à la levée des restrictions sanitaires et que la situation financière des structures sportives s’améliore . Spoward a enquêté auprès des principaux concernés.

Fin 2021, Spoward a lancé une grande enquête. Son objectif : mieux appréhender la situation des clubs amateurs, des salles de sport et associations sportives, suite à la crise sanitaire. Ecoles de danse, salles de fitness, clubs d’équitation, de football, de gymnastique, de randonnée, de plongée ou encore de tennis : plus de 420 réponses ont été recueillies. Les résultats sont sans appel : la pratique sportive souffre d’une baisse globale d’après les différentes structures sportives.

Baisse globale de la pratique sportive

Peur de payer une licence ou un forfait annuel et se voir interdit de pratique à nouveau, peur d’attraper le virus de la Covid-19 durant sa pratique, non-conformité avec la nécessité d’obtenir un pass sanitaire, en vigueur à l’époque… Force est de constater que les pratiquants ont peiné à revenir vers leur club. A l’hiver 2021, les clubs amateurs n’étaient que 30 % à avoir une vision optimiste quant à l’avenir de leur structure.

Une peur qui se ressent dans les équipes en interne. La baisse du nombre de pratiquants impacte les bénévoles et membres d’associations. 69 % craignent une baisse de motivation dans les rangs des équipes. Or, les structures survivent grâce aux bénévoles…

Des clubs et associations en difficulté

L’enquête menée par Spoward a par ailleurs mis en lumière une santé financière fragile chez les structures sportives.

Les structures ont déclaré être stables à 56 % sur les dernières années, mais on note tout de même que 21% ont vu leur rentabilité baisser, voire fortement baisser pour 14%. Cela a donc amené 59 % des structures à constater que ces subventions n’étaient pas suffisantes pour clôturer leur budget de fonctionnement annuel.

Des répercussions aux pertes budgétaires

Pour pallier à cela, les associations et les clubs ont été contraints de répercuter ces difficultés financières sur leurs licenciés ou adhérents. 16 % d’entre eux disent avoir ou vouloir augmenter le prix des licences pour la prochaine saison.

Cela dit, face à la peur de perdre encore plus de sportifs, 65 % des structures affirment ne pas vouloir augmenter leurs prix, ce qui reste rassurant pour les amateurs. Et c’est d’autant plus louable que 61% d’entre elles ne fonctionnent qu’avec une très faible part de financements externes.

Devant tous ces constats, les associations et clubs sportifs ont conclu auprès de Spoward qu’il sera difficile d’augmenter leur budget de fonctionnement suite au Covid-19 (91 %). Un tel chiffre est éloquent sur la difficulté des clubs à l’heure actuelle.

Des jeunes talents sportifs qui ont besoin de soutien post-covid

Dans le contexte, il devient compliqué pour les clubs et les associations d’aider leurs jeunes talents sportifs à émerger ou de les soutenir dans leurs projets de compétition.

On note que 66 % des répondants travaillent encore à former des talents sportifs, que 20 % ont des talents dans leurs licenciés qui mériteraient un peu plus de visibilité et seulement 14 % qui ont des talents reconnus sur la liste ministérielle des sportifs de haut niveau.

Quand on demande aux structures ce dont leurs talents sportifs souffrent le plus, ils indiquent :

  • 26 % souffrir sportivement (c’est-à-dire, ne pas parvenir à s’entraîner, voir leurs performances baisser ou ne pas pouvoir participer à leurs compétitions – ces éléments étant cumulables)
  • 22 % souffrir financièrement
  • 52 % souffrir sportivement et financièrement

Il y a donc un réel besoin d’accompagnement des structures sportives envers ces jeunes talents et d’autres acteurs du sport envers ces structures. Il faut parvenir à créer un cercle vertueux d’entraide afin d’aider les jeunes talents sportifs à surmonter cet après COVID-19 et pouvoir représenter fièrement nos couleurs aux prochains championnats internationaux ou olympiques.

Faire face à de nouveaux défis pour maintenir la pratique sportive

En conclusion, le sport amateur doit faire face à de nouveaux défis après la crise COVID-19 car les acteurs sont touchés à toutes les échelles, que ce soit dans leur difficultés financières, dans leur essoufflement pour essayer de faire émerger des talents , les aider à porter leurs projets ou dans la perte de motivation de leurs licenciés et de leurs bénévoles.

Plus que jamais, ils ont besoin de soutien, de notre soutien, de votre soutien. C’est pour toutes ces raisons que l’application de sport solidaire Spoward a été créée.,